Réponses – quiz Pour 6 – 8 ans

1 - À quoi ressemble un marais ?

Réponse 3

Les marais sont des écosystèmes naturels qui se créent sur une surface imperméable. Les marais maritimes, marais littoraux ou marais salés sont des terres basses de faible pente soumises au rythme des marées.

2 - Dans les marais des Sables d’Olonne, on trouve :

Réponse 1

Les marais d’Olonne sont composés d’eau salée.

3 - Connaissez-vous la différence entre gros sel et fleur de sel ?

La fleur de sel est considérée comme un élément subtil et fragile, réservée à la touche finale d’un plat. Le gros sel est dur, sec et résistant.

Qu’est ce que le gros sel?

On parle de gros sel lorsque les dimensions des grains de sel sont comprises entre 1 et 6 millimètres (soit 1 000 à 6 000 µm = microns). Le gros sel est produit à grande échelle et constitue donc un produit relativement bon marché. Il est lavé, séché et tamisé pendant le processus de raffinage, c’est pourquoi son grain est dur, sec et joliment défini. Le gros sel est généralement utilisé en cuisine dans les moulins à sel et pour la préparation de repas en croûte. Dans l’industrie alimentaire, le gros sel est principalement employé dans les fumoirs, la production de saumure, l’industrie des snacks, la production de viande et de poisson… .

Fleur de sel: les principales différences

La granulométrie de la fleur de sel est typiquement comprise entre 0 et 4 mm (0 et 4 000 µm). Elle constitue la fine fleur des variétés de sels, est récoltée à la main et n’est pas traitée par la suite. La production de fleur de sel est donc très limitée, ce qui rend le produit beaucoup plus cher que le gros sel. On la reconnaît à sa structure granulaire molle et humide. C’est une variété de celles qui ne convient pas aux moulins à sel. En raison de sa teneur plus élevée en minéraux (calcium et magnésium), elle possède une structure unique et une saveur plus douce. La fleur de sel est souvent utilisée comme finishing touch en cuisine.

4 - D’où vient l’eau des marais ?

 La gestion hydraulique du marais des Olonnes est extrêmement complexe car elle associe eau salée et eau douce.

Le marais s’étend sur 2 000 hectares. Sa limite nord se situe à la Gachère ; sa limite sud est matérialisée par l’écluse de la rocade aux Sables. Ces deux extrémités assurent son contact avec la mer et son renouvellement en eau salée. Le réseau hydraulique du marais est également parcouru par de l’eau douce. Celle déversée par deux rivières, l’Auzance, au niveau de la Blénière à L’Ile-d’Olonne, et la Vertonne, au niveau du pont de Vertou, à Olonne. Mais aussi celle qui ruisselle de la forêt. Le tour de force est le suivant : il faut chasser l’eau douce du marais, tout en y faisant rentrer l’eau salée. On y parvient grâce à un savant dosage entre l’intervention humaine (les écluses) et les lois de la nature (les marées). Vives eaux, mortes eaux Les marées alternent des cycles de vives eaux (fort coefficient) et de mortes eaux (petit coefficient), en fonction du positionnement du soleil, de la terre et de la lune, ainsi que des phases de la lune. Tous les quinze jours environ, à la pleine lune et à la nouvelle lune, les marées sont à leur maximum ; à chaque premier et dernier quartier de lune, elles sont à leur minimum.

En période de mortes eaux, l’écluse de la Gachère reste ouverte. Ce qui permet d’évacuer l’eau douce du réseau principal du marais. Par contre, les écluses des parcelles d’eau privées (au nombre de 770 !) sont fermées pour y conserver l’eau de mer (1). En période de vives eaux, dès que le coefficient de marée est supérieur à 60, l’écluse de la rocade est ouverte. Elle commence ses prises. L’eau de mer entre à marée haute puis les portes sont fermées, à la bascule de marée, pour éviter que l’eau salée ne reparte à la mer. Les propriétaires privés ouvrent alors leurs écluses pour vidanger et renouveler l’eau salée dans leurs parcelles. L’hiver, ces prises ont lieu à la marée du soir pendant cinq jours (le matin, l’été). Deux jours avant le plus gros coefficient, l’écluse de la Gachère effectue ses premières prises, ceci pendant quatre jours de suite. Tout cet ingénieux ordonnancement, rythmé par les marées, est encore bien plus complexe. Dans la pratique, d’autres éléments comme l’orientation et la force du vent, sont à prendre en compte. (1) Indispensable à l’élevage de poissons et la saliculture.

 

5 - Combien d'années environ ont les marais du pays des olonnes ?

Réponse 2

Les premières salines remontent à l’époque Gallo-Romaine. Les premiers marais salants semblent avoir été inventés par les Romains il y a environ 2 500 ans. 

Le territoire de la commune d’Olonne compte un nombre important d’anciens villages qui conservent quelques habitations typiques. Ces villages sont progressivement incorporés à l’agglomération des Olonnes. Parmi ceux-ci on peut signaler : 

  • Les Granges situé au nord de la commune entre la forêt d’Olonne et le chenal du Havre de la Gachère qui matérialise la séparation avec la commune de Brem-sur-mer. 
  • L’Allerie situé à la lisière de la forêt d’Olonne, près de marécages appelés les Bourbes. 
  • Champclou situé à proximité de la forêt, en bordure des marais d’Olonne. 
  • La Bauduère encadré par les marais et localisé non loin du village de Champclou. 
  • La Girvière situé au sud-ouest de la commune, à proximité du chenal prolongeant le port des Sables-d’Olonne. 
  • La Roulière, ancien port d’Olonne avant son envasement et l’émergence du port sablais, localisé sur le chenal au sud-ouest de la commune.

 

6 - Combien d’héctares de marais il y a t-il aux Sables d’Olonne ?

Réponse 3

Le marais s’étend sur 2 000 hectares. Sa limite nord se situe à la Gachère ; sa limite sud est matérialisée par l’écluse de la rocade aux Sables.

7 - L’anguille peut vivre dans l’eau douce et l’eau salé :

Réponse 1

L’anguille, un poisson d’eau douce… et d’eau salée ! Les anguilles représentent un très grand groupe de poissons qui se trouvent à la fois en eau douce et en mer, selon les espèces et leur cycle de vie.