ASSOCIATION sYNDICALE DES MARAIS DE LA GACHERE

LE MARAIS, UNE NATURE FRAGILE A PRESERVER


le livre blanc
-

C’EST LA RENTREE !!

….. ET la reprise de la réalisation du livre blanc en introduction au plan de gestion de nos marais .

Plus que jamais, nous pouvons et devons prendre le place qui nous est due.

Il suffit que chacun participe aux échanges et donne son avis et ses idées lors des réunions préparatoires à ce grand chantier. Tous les avis sont nécessaires et pour cela, nous devons diffuser cette invitation au plus grand nombre.

Nos actions et manifestations en cours contre l’arrêté ministériel qui nous prive de l’usage de nos biens vont continuer et trouver de larges soutiens sur la côte atlantique.

C’EST LE MOMENT D’EXISTER ET CONTINUER A SE FAIRE ENTENDRE !!

Les consultants choisis nous assurent le niveau scientifique des débats ; c’est à nous de montrer le reste.

————————————-

LES DATES A RETENIR

(Salle des Paludiers, Le Logis des Marais à l’Ile d’Olonne) 

————————————-

MERCREDI 20 Septembre : 18h

MERCREDI 11 Octobre : 18h

MERCREDI 25 Octobre : 18h

MERCREDI 15 Novembre : 18h

Le président de l’ASMG


nouvel ARRETE sur l'ANGUILLE
CONSULtATION PUBLIQUE
-

RESUME

“Projet d’arrêté relatif aux modifications des dates de pêches de l’anguille jaune atlantique”

Le texte proposé pour ce nouvel arrêté (voir lien ci-dessous) reprend l’idée d’interdire toute pêche « récréative » à l’anguille dans le domaine maritime en aval de la ligne de salure, ce qui, selon les services de l’Etat consultés, comprend nos maraisNous avons deux semaines pour exprimer notre position sur les conséquences très graves qu’un tel arrêté pourrait avoir sur l’avenir de nos marais dont la pêche à l’anguille est une des principales raisons d’être.

Une réponse écrite de l’ASMG a été formulée et un rendez vous auprès du Préfet demandé.

REPONSE DE L'ASMG
defendons nos marais
signez la petition

Contribution ASMG

La Côte de lumière et Les Sables d’Olonne : Mer, Forêt, Marais. Un havre de biodiversité exploité de manière durable depuis des décennies.Qu’ils s’agissent des océans, des forêts, des montagnes ou des marais ces écosystèmes remarquables ont leur garde rapprochée depuis toujours.

L’ASMG (Association Syndicale des Marais de la Gachère) est un de ces bataillons. Elle oeuvre depuis des décennies, a joué ce rôle d’éminent défenseur de ces espaces exploités de manière soutenable. 

Elle porte en elle la résolue volonté d’accompagner au travers de projets mesurés et de longue haleine cet espace naturel exceptionnel et divers. Ces espaces façonnés de la main de l’homme ont nourri des générations d’homme depuis plusieurs centaines d’années en fournissant ressources et habitats, paysages et biodiversité.

Au fil des siècles, par le façonnage et l’entretien de ces milieux singuliers, les communautés littorales ont autorisé le développement d’une vie économique dans un contexte sanitaire acceptable. Aujourd’hui, plus de cinq cent cinquante propriétaires, de part leur appartenance à l’ASMG, continuent d’assurer la mission d’entretien des 1.400 ha que composent les marais. Le paysage observable est la résultante d’efforts permanents, continus et coordonnés de ces propriétaires qui maintiennent en bon état écologique ces espaces patrimoniaux.

Les usages ancestraux font que le foncier est utilisé et exploité comme un jardin, de manière raisonnée et soutenable pour le milieu et dans lequel la récolte motive le jardinier.

Il n’est donc pas imaginable, à titre d’exemple qu’après des décennies de culture, on se voit interdire la cueillette des pommes de son pommier, le miel de ses ruches ou le bois de ses forêts !

Or l’arrêté ministériel du 9 mars dernier ressemble pourtant à cette interdiction imaginée.

Le propriétaire de marais modèle le paysage par des actions concrètes et diverses. Il fauche, cure, ramasse les algues et les débris anthropiques, opère des mouvements d’eau à chaque marée afin de garantir le bon équilibre biologique du site. Un rythme nécessaire depuis que l’homme a modelé ces espaces et créé une diversité d’habitats soutenant une biodiversité exceptionnelle et reconnue au niveau international. Les conséquences de cette exploitation soutenable : de nombreuses espèces animales et végétales s’y installent et s’y développent, parfois uniquement dans des marais gérés durablement. L’anguille européenne en est un parfait exemple.

Ce poisson migrateur particulier, et dont le cycle reproducteur est très long (20 ans, espèce semelpare à migration catadromique et cycle amphihain) souffre d’un manque important de données de sa démographie d’une façon générale dans son aire de répartition biogéographique et sur notre territoire en particulier). Quelle est la quantité ? Quelle est la composition démographique de cette espèce dans nos marais ? Quelle est la nature, l’impact et la pression des ponctions réalisées par les propriétaires au sein de leurs marais privés dans le cadre de la pêche récréative ?

L’ASMG a montré sa valeur au travers de ses actions sur la durée, de sa capacité à fédérer et impulser des projets, de son pilotage de la communauté des propriétaires afin de poursuivre une gestion durable et reconnue de leurs marais. Bref une gestion en « bons pères de famille ». Toutes ces actions, qu’il serait trop fastidieux d’énumérer ici, sont le socle de notre engagement en faveur de la gestion durable des écosystèmes et d’exploitations soutenables des espaces et des espèces. Nos actions et notre présence sont de nature à aider à combler le manque de données relatif à certaines espèces, et la communauté des propriétaires se tient prête à produire des données d’écologie de terrain et de proposer ou participer à des campagnes permettant une meilleure connaissance de cette espèce et à combler ce manque criant de données.

Une des actions en cours de réflexion dans le cadre de la rédaction d’un plan de gestion partagée par les propriétaires de l’emprise foncière de l’ASMG concerne entre autre exemple en compensation des faibles prélèvements d’adultes, la mise en place d’engraissement du stock de juvéniles par l’ensemencement en civelles acquises auprès des professionnels. Et la liste des mesures de gestion est longue et en cours de finalisation (production pour fin 2023).

Grâce à de telles restaurations par soutien au renouvellement du stock, des dérogations au cas par cas et suivis d’actions de mesure peuvent apporter à cet arrêté aride la garantie de la préservation de ces espaces au travers de ses usages.

Fait au Sables d’Olonne le 11 Mai 2023

Le Président de l’ASMG
Daniel Rémignon 

notre mission

L’Association Syndicale des Marais de la Gachère est un établissement public Vendéen dont les statuts ont pour objet l’aménagement, la préservation, la mise en valeur d’un territoire d’environ 2000 hectares de marais et le respect de ses usages. Ce territoire s’étend sur les communes des Sables d’Olonne, de L’Ile d’Olonne, de Vairé, Brem et Brétignolles sur Mer.

Plus de 550 propriétaires composent l’association.

Partant de l’obligation d’assainir le territoire, une ordonnance royale de 1836 a amené l’état à engager des travaux hydrauliques avec la construction notamment du canal de la Bauduère et de son écluse, l’écluse de la Gachère de 1874 et 1881, et enfin celle de la Rocade en 1978.

Le SMMO, Syndicat Mixte des Marais des Olonnes, a quant à lui été instauré en 1981 et en partenariat avec l’ASMG, assure le suivi du site et la régulation de la Faune et de la Flore.  

Le territoire des Marais est aujourd’hui une zone NATURA 2000.

ASSOCIATION SYNDICALE DES MARAIS DE LA GACHERE

MAISON DE LA JARRIE
Départementale D87
85340 ILE D’OLONNE

HORAIRES

PERMANENCE LE JEUDI
MATIN : 10H00 – 12H00
APRES MIDI : 15H00 – 18H00